25/05/2007

Variations Sauvages (5)

 

"(...) Harmonie est d'ailleurs l'autre nom de ce Dieu. Mais attention! Ici le mot grec exclut toute référence à l'apaisement douceâtre que, depuis Platon, nous nommons harmonie. L'harmonie du Dieu d'Héraclite ne dit rien d'autre que la jonction serrée des forces qui s'opposent. Elle n'est à l'oeuvre que dans les épousailles de ces tensions adverses gràce auquelles seulement l'arque projette la flèche. L'arc ? Son nom grec signifie à la fois la vie, "bios", et l'arme redoutable d'Artémis, celle dont jaillit la mort. (...) C'est dans la double acceptation de ce mot que réside l'idée précise d'une unité des contraires gràce à laquelle il nous est donné d'être au monde, à la fois trop vieux et trop jeune pour vivre et pour mourir, mais vivant notre mort et mourant notre vie selon la loi du Dieu-Combat et Harmonie et dont un quatrième nom est encore le temps. (...) Loin de tout simplifier et de donner gagnant un seul côté des choses - jour ou nuit, guerre ou paix - , cette lutte enrichit en permanence chaque côté de son opposition à l'autre. Selon Héraclite, c'est cet affrontement que la vie nous impose de prendre en compte; c'est l'équilibre parfait surgi de ces affrontements qui définit la constance. La constance? Oui, la constance, phase parfaite de l'opposition universelle, si nous restons capable de la conquérir toujours. "

 

                                                       Hélène Grimaud

10/05/2007

Variations Sauvages (2)

 

 " Tout entière concentrée sur ce moi, j'ai réalisé que j'étais la frontière du monde et que, comme la jeune fille de la Haute Tour, je ne pouvais pas contempler cette vie étalée partout sans la pénétrer: le cosmos et ces ciels, dont je pressentais les nuits éternelles, champs, monts et océans ondoyants à l'infini orizontal dans un même vertige, et sous mes pieds, les terriers, la sève, les racines juteuses et le magma en fusion. Il s'agissait de bien davantage que de simples points cardinaux autour de moi, au dessus et au dessous de moi: il s'agissait d'un point de départ, le big-bang de ma conscience qui m'a toujours fait dire, surtout pour la musique, que chacun d'entre nous est une opération magique, qu'on fait rarement fausse route et que souvent on n'est simplement pas allé assez loin. Après tout, ce qui doit venir n'est pas temps à découvrir qu'à inventer... "

                                                                                              Hélène Grimaud

04/05/2007

VARIATIONS SAUVAGES

 

Autobiographie d'Hélène Grimaud.

Merci à la gentille cliente pour m'avoir preté ce bouquin !

 

 " La pulpe de ma chair apparaissait sous les gouttes de sang. Je me suis assise sur le bord du chemin et j'ai contemplé la rotule écorchée à l'ourlet du bermuda. J'ai ramené mes deux jambes sous mon menton. J'ai cligné des yeux pour observer de plus près cette partie de mon corps qui frémissait chaque fois que le frisson du vent l'effleurait. Le vent tombait? Je soufflais sur ma peau pour aviver la douleur. Je me rappelle avoir pensé que la vie se frottait à moi et qu'ainsi je la percevais avec une évidence particulièrement vive, élémentaire et substancielle. Et puis je trouvais magnifique, à mon tour, ces blessures aux genoux ou aux coudes, cette géographie de croûtes brunes qui disent, comme une rosette au revers d'une veste, les exploits inouïs et les aptitudes aux envols de l'enfance: sauts dans les ruisseaux, cavalcades dans les ruelles, décollages sur planches à roulettes ou envols dans la mâture des grands platanes. Le "bobo" fleurit aux membres comme autant de décorations; il est l'orgueil d'un âge où le monde est encore un territoire à conquérir et où le temps se conjugue exclusivement au présent. "

 

arton106-127x200
 
800px-IM000248.2
 
004898